D'après une idée originale de Pierre Lefebvre ;)

Dis, qu’est-ce que je peux prendre pour ?

Des amis, des amis d’amis, des journalistes et même des inconnus m’appellent et m’écrivent chaque semaine pour me demander « ce qu’on peut prendre » pour une maladie chronique, une allergie, la grippe, le stress… Ou encore pour savoir si « ce produit est bien » ou « si ça vaut le coup de [ … ] (faire une hydrothérapie du côlon / jeûner / danser nu en faisant des incantations sous la pluie). Attention spoiler : la guérison n’est pas conditionnée sur le traitement que vous choisirez.

Il y a quelques années, au début de mes études en naturopathie, j’ai consulté un médecin homéopathe un peu chaman au sujet d’un problème de santé*, je lui ai dit « est-ce que je dois prendre ce traitement homéopathique que j’ai trouvé aux Etats-Unis, me faire opérer et/ou attendre que ça passe ? ». Après m’avoir longuement parlé (de détachement, d’équilibre mais aussi d’amour, oui d’amour) et après m’avoir planté quelques aiguilles d’acupuncture, il m’a répondu « Peu importe. D’ailleurs vous ne saurez même pas ce qui a fonctionné et c’est très bien aussi» Et il a facturé 90 €. Sur le moment j’ai même sourit, malgré le stress que représentait ce choix que je devais faire, tellement il ne m’avait pas donné la réponse que j’étais venue chercher. Et j’ai compris.

Peut-être avez-vous déjà rencontré plusieurs praticiens en médecine naturelle, vous avez « fait des efforts » pour changer un peu vos habitudes et acheté plein de produits sains qui ont coûté une fortune. Seulement vous n’avez pas vu suffisamment de résultats et vous cherchez encore la prochaine solution qui sera « la bonne ».

Comprendre pourquoi ça « nous tombe dessus »

La maladie n’arrive pas par hasard ou parce qu’on n’a-pas-de-chance. Elle est la conséquence de nombreux facteurs, de l’hérédité en passant par nos habitudes de vie. L’idée qu’il existe un cachou qui résoudra le problème est une vision extrêmement réductrice de la santé et de nos besoins (je remercie au passage mon ami pharmacien et naturopathe Pierre Lefebvre qui m’a soufflée cette image).

Le corps est intelligent, par nos symptômes il nous murmure (nous crie parfois) que quelque chose ne va pas, non seulement au niveau physique mais aussi à des niveaux plus subtils, émotionnel, spirituels… Apprendre à les écouter est la première étape.

Vient ensuite le respect de ses réactions (la fièvre, les vomissements, les diarrhées, les boutons… sont les réactions normales d’un organisme qui élimine). Un peu d’égard pour ce corps qui nous porte et supporte nos excès ! Laissons-le s’exprimer, tout en surveillant les risques (température trop élevée, déshydratation, œdèmes etc). La peur entre souvent en jeu dans nos prises de décisions à ce moment-là et les recommandations contraires des uns et des autres ne nous facilitent pas la tâche.

Décider d’aller mieux, pour de vrai

Prendre soin de soi ne se résume pas à prendre un remède, même naturel, 3 fois par jour. Selon moi il y a deux piliers s’il on veut véritablement guérir :

1. L’hygiène de vie. Décider d’acheter 150 € de compléments alimentaires sans vider ses placards des produits sucrés, des farines blanchies, des produits laitiers de vache, sans s’occuper de ses excès d’alcool, de cigarettes, de drogue, ni de son manque d’exercice physique ou de son manque repos est de l’argent jeté par les fenêtres ! Chacun sait à peu près ce qu’il faut faire pour se remettre sur le droit chemin, sinon il y a pléthore de livres, de nouveaux magazines healthy et de naturopathes pour nous accompagner.

2. L’équilibre psycho-émotionnel. Oui, on peut boire tous les jus verts du monde sans guérir, car la tête et le cœur sont plus forts que le kale. Les thérapies sont aujourd’hui largement disponibles pour tous, qu’elles soient courtes (hypnose, EFT, art thérapie… ) ou plus longues. On ne peut pas faire l’économie de mieux se connaitre et d’apprendre à gérer ses émotions lorsque l’on veut avancer à travers les épreuves de la vie. (Re)trouver la joie et la vitalité qui nous animent naturellement est indispensable.

Les approches de médecines préventives traditionnelles telles que la naturopathie, l’Ayurvéda ou la médecine traditionnelle chinoise proposent d’éliminer les éléments qui bloquent les capacités de guérison naturelles du corps, pas de mettre un pansement pour apaiser une douleur. Les traitements peuvent varier, mais un choix durable repose sur le courage et la détermination.

 

Et en consultation, on ne donne rien ?
En réalité, en consultation je ne recommande rarement aucun remède. D’une part parce que la détox de l’organisme nécessite parfois un accompagnement par une ou deux plantes – et ne serait-ce que pour s’encourager pendant cette période là à ne faire aucun écart et s’en rappeler à chaque fois qu’on prend le remède – et parce que la revitalisation demande souvent un coup de boost pour regagner de la vitalité.


En ce moment, j’ai besoin de quoi ?
De soleil ! À moins d’avoir passé les fêtes de fin d’année dans les îles, la vitamine D est toute indiquée pour tous sous une forme naturelle comme la D3 en gouttes.

Excellente année 2017, joyeuse et délicieuse, et surtout prenez soin de vous !

* Ses coordonnées sur demande, il est installé dans le 6ème arrondissement à Paris. Oui j’ai guéri ! Notez que j’adore partager le fruit de mes recherches si les demandes sont réfléchies, j’ai une quantité de bonnes adresses.


Commentaires

  1. Tellement vrai. Les gens se plaignent mais ne veulent pas changer leurs mauvaises habitudes. Quand on leur donne un conseil « mieux être » ils répondent « Ha mais non, moi c’est pas ça ! ». Alors, que dire encore ?

  2. C’est exactement ça ! Merci Anne Claire, je fais circuler pour ouvrir les conscience ????????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
En finir avec la myopie naturellement, c’est possible ?

L’OMS prévoit qu’une personne sur 2 sera myope en 2020. Moi, je ne vois pas clair depuis déjà 20 ans, une myopie ayant décidé de s’installer entre 12 et 14 ans. Avant cette année 2016, je n’avais jamais pensé que les choses puissent être différentes...

Fermer