La meilleure nourriture est celle qui me convient.  Comment la définir et l’intégrer à mon quotidien ?

La meilleure nourriture est celle qui me convient. Comment la définir et l’intégrer à mon quotidien ?

S’il y a bien une chose que j’ai apprise ces dernières années avec mes formations en naturopathie et en Ayurveda, c’est que nos différences sont aussi dans l’assiette… Impossible de mettre tout le monde à la même enseigne. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage YOGA COOKBOOK (tout bientôt !), je partage ces quelques lignes qui nous permettent de nous poser les bonnes questions et de trouver ce qui nous fait du bien.  Commencez par une petite chose et appréciez ses effets sur votre vie… 

« Il y a une notion essentielle sans laquelle on peine à comprendre ce que le yoga peut faire pour nous. Celle de dharma. Il n’existe pas de traduction littérale, mais cela signifie en substance « fidélité à notre vraie nature ». Spinoza est le philosophe occidental qui a probablement le mieux interrogé et saisi ce qu’est le dharma. Il dit que lorsqu’on
touche, qu’on rend hommage, qu’on sert, qu’on entre dans sa vraie nature, on éprouve la joie. C’est l’infidélité à notre vraie nature qui crée les troubles. Or, le yoga nous met en relation avec elle. Il « imprègne » le corps de conscience, augmentant ainsi les capacités de discernement et d’intuition. Et lorsqu’on rend justice à sa vraie nature, les choix justes se font naturellement. Le yoga nous met en relation avec nous-même et nous indique les chemins qui sont les nôtres. Toutes les indications dans le domaine de l’alimentation ne sont justes que si elles sont considérées en fonction des particularités et des besoins de chacun. Elles sont une source d’inspiration et non un carcan. Ce sont des règles du jeu à entrées multiples. Les éprouver, les ressentir avec attention et discernement permet de définir où est l’équilibre pour soi. Équilibre qu’il est préférable de maintenir avec souplesse et une juste capacité d’adaptation.

À chacun de prendre ce qui lui convient. Être découragé parce que la tâche semble de trop grande ampleur et/ou trop éloignée de ses habitudes serait une erreur. Il s’agit de tirer le fil, de commencer, d’être dans l’intention d’évoluer. S’intéresser à un aspect (une recette, son caractère yogique, ses bienfaits pour la santé) met déjà en relation avec l’ensemble auquel il appartient.

Nourrissez votre curiosité, adoptez des habitudes nouvelles et le corps, si vous lui prêtez attention, saura dire s’il s’en trouve mieux. Commencez par une petite chose et appréciez ses effets sur votre vie. La première étape appelle naturellement une autre, puisque c’est dans la nature humaine d’être perpétuellement en quête d’évolution.
Le juste effort dans le yoga est associé à la mesure, qui se traduit par l’attention au ressenti qui vient tempérer les excès.
Et si malgré le souhait de bien faire et de se nourrir sainement il peut arriver de se laisser aller aux appels des nourritures plus néfastes, regardez l’envie rebelle qui se présente et acceptez-la plutôt que de culpabiliser et de créer un étant de conflit intérieur qui vous éloignera de votre nature profonde. Manger avec plaisir une nourriture tamasique* est un moindre mal. La paix retrouvée, il est de nouveau possible de se remettre en lien avec vos ressentis profonds, qui ouvriront alors la porte vers de meilleurs choix.

Quelques points de repère clés pour trouver l’alimentation qui vous convient :

  1. Observez les habitudes alimentaires héritées de votre famille et de votre environnement socioculturel. Sont-elles toujours adaptées à votre vie ? Si ce n’est pas le cas, dans l’ensemble ou pour parties, définissez les nouvelles habitudes souhaitées et cultivez-les avec enthousiasme pour engager un nouveau départ.
  2. Restez à l’écoute du corps, notez quand la nourriture vous fragilise ou vous fortifie et tirez-en vos propres conclusions.
  3. Adaptez vos objectifs à votre réalité… Dans ce livre, nous nous appuyons sur les textes fondateurs du yoga qui s’adressent à des yogis expérimentés pratiquant leur sadhana plusieurs heures par jour et dont tous les aspects de la vie y participent. Un occidental qui pratique un ou deux cours hebdomadaires n’aura pas ce niveau d’exigence pour son alimentation mais pourra en faire une source d’inspiration qu’il saura adapter à sa juste mesure.
  4. Restez souple : gardez à l’esprit que ce qui agit en profondeur, c’est ce qui est répété jour après jour. Il s’agit de persévérance, abhyasa, qui est une valeur maîtresse du yoga. La capacité à faire des écarts en lien avec la vie sociale et familiale est aussi un signe de souplesse. Rester souple et cultiver une capacité d’adaptation sans rigidité est une qualité yogique essentielle. Pour cela, gardez un esprit critique et faites la nuance entre des nourritures profondément néfastes (celles que vous ne souhaitez pas consommer, même à titre occasionnel) et des aliments peu satisfaisants que vous avez l’habitude d’éviter mais dont les effets issus de consommations exceptionnelles ne pèsent pas lourd.
  5. À chacun de savoir où il en est : un corps fatigué, fragilisé, malade et au feu digestif affaibli aura intérêt à se préserver davantage en privilégiant une nourriture saine. Un organisme en parfaite santé et doté d’un excellent feu digestif sera en mesure de métaboliser des nourritures inadaptées et de les éliminer, pour autant que ce soit occasionnel.« 

*tamasique : tamas est la qualité d’inertie, de passivité, de lourdeur, d’ignorance / sadhana : « discipline », pratique personnelle qui induit la notion d’effort pour atteindre un objectif.

 

Extrait du YOGA COOKBOOK

108 recettes inédites,
délicieuses et rapides, pour
concilier plaisir et santé 🙂

Garlone Bardel, Anne-Claire Meret  – Thomas Dhellemmes (photographies), Sandrine Boumier (illustrations) – Disponible le 5 octobre, Ed. Ulmer

Amazon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Mon séjour à Tao Garden en Thailande, paradis du soin

Actuellement en voyage Asie, j’ai eu l’occasion de passer un peu de temps à Tao Garden en Thailande....

Fermer