Sport. Quand ça veut pas, ça veut pas…

Sport. Quand ça veut pas, ça veut pas…

Vous voyez à l’école celle qu’on choisissait en dernier pour faire partie de l’équipe en cours de sport ? Voilà, c’était moi ! (j’avais peur des ballons, pas vraiment le genre d’équipière idéale… je n’en garde aucun trauma, enfin je ne crois pas 🙄 ). Un jour, plus récemment, j’ai fait ses squats dans le cours d’un copain ostéo, j’ai pleuré de douleurs les 4 jours qui ont suivi… Et, j’ai toujours plutôt été de celles qui préfèrent arrêter temporairement de manger des gâteaux plutôt que de faire plus d’exercices si elles ont deux kilos à perdre. #choisistoncamp.

J’admire sincèrement Camille Pic ou encore Lucille Woodward… Mais je n’ai pas accès à ce qu’elles puisent dans le sport ! Elles sont où les fameuses endorphines qui sensées débarquer au bout de 10-15 minutes ? J’imagine qu’on ne doit pas être tous égaux devant le plaisir de faire du sport (j’ai bien essayé d’intensifier l’effort, c’est pareil). En découvrant la naturopathie (d’abord pour régler mes problèmes de sommeil puis en formant), j’ai bien compris que l’exercice physique était indispensable*, j’ai dû trouver des solutions, des parades.

Partisane du moindre effort, je m’en sors pas mal sans trop me fatiguer. Je vous raconte.
Le minimum, pour garder la forme (je ne parle pas là de « faire du muscle » ou de perdre beaucoup de poids, qui sont des envies différentes), c’est 30 minutes de marche par jour et 2 fois 45 minutes de sport par semaine.

À Paris, les 30 minutes de marche sont souvent très faciles à atteindre, sauf les jours où on ne sort pas de chez soi. En province c’est une autre affaire, si vous prenez la voiture pour la moindre course ça change la donne. Dans ce cas là il faut s’obliger à faire les petites distances à pieds.

Et pour le sport bi-hebdomadaire : running, cycling, cours de gym, yoga, pilates, danse, machines cardio + musculation… chacun son truc. L’important est de ne pas faire de la séance un trop gros effort quand on n’aime pas ça.

Quelques tuyaux :

◊ Choisir des sports accessibles… à la maison (si on a du matériel ou encore si on aime faire du sport avec des vidéos), près du bureau ou près de chez soi. S’il faut prendre le métro ou le bus pour aller à la salle de sport ça risque de compliquer les choses quand on n’est pas motivé. La mienne est littéralement dans mon immeuble, je n’ai pas d’excuse !

◊ D’expérience, essayer de saisir l’occasion dès qu’on a un peu de courage, parce qu’il repart aussi vite qu’il est venu, une fois les fesses posées sur le canapé.

◊ Rester curieux de ce qui se pratique autour de chez nous, nouvelles salles, nouveaux profs… Ce serait dommage de passer à côté d’un nouveau cours qu’on aurait peut être adoré (on peut rêver).

◊ En salle, garder sa série préférée pour le moment du sport. S’empêcher de regarder le dernier épisode si on n’est pas sur la machine (ça marche !). Prévoir d’autres options quand la saison est finie pour ne pas en faire une excuse… les reportages en replay sur Arte/France 5 et les Tedx sur Youtube sont mes choix favoris.

◊ 2 sites :
Gymlib : pour ceux qui ne veulent pas s’engager et tester plein de lieux, avec des tas de pratiques différentes.
So Much More : c’est le contraire, on s’engage mais on a accès à des offres un peu partout chez les lieux partenaires.

◊ Côté petits budgets j’ai adoré les offres découvertes des clubs de yoga, je me souviens avoir bien profité ici de 30 jours de yoga lors d’une période sans activité professionnelle. Ou encore de 10 jours de yoga bikram ici. A faire en période de vacances pour en profiter au maximum.

◊ Si on ne transpire pas pendant le sport il faut solliciter différemment l’élimination par la peau, avec le sauna, incontournable en naturopathie (je vais souvent à la salle QUE pour ça). L’option du fainéant, c’est le super combo massage drainant + sauna, qui ne remplace pas l’exercice physique mais s’en rapproche quand même pas mal.

Je n’ai pas encore donné mon dernier mot. J’ai adoré la danse pendant 10 ans quand j’étais enfant, avant de ne plus aimer ça. Mais j’ai aimé, adulte, prendre quelques cours de salsa et certains cours de zumba. Le yoga aussi, avec certains profs. Finalement c’est une histoire de rencontres, de disponibilité et de curiosité. Tout est encore possible, je reste persuadée que je serai un jour plus sportive, wait and see… 😉

 

*Les intérêts du sport sont nombreux : il permet de faire circuler les déchets et les liquides du corps régulièrement, de solidifier notre squelette, de « masser » nos organes internes, de favoriser la digestion, de transpirer nos toxines, de faire contrepoids au stress… et bien plus encore !

Illustration : Margaux Motin. Toute la planche ici.


Commentaires

  1. Bonjour
    merci pour ce post pré-estival !
    Je me permets de rajouter de penser au couplage divertissement / diversion qui aide à faire du sport sans trop s’en rendre compte.

    divertissement (musique sur les oreilles par exemple) et diversion (laisser son esprit « partir ailleurs » à la mer ou à la plage grâce à transe légère que permet la concentration sur la musique… – et laisser son corps au turbin pendant ce temps là ! )

    William

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Bilan 21 jours de sauna : let’s sweat baby !

Début janvier, après un bon sauna le dimanche, je me suis lancée le défi de m’y rendre tous les jours pendant 21 jours afin de voir ses effets sur plusieurs semaines. J’y suis presque arrivée, et en compensation des jours manqués j’ai rallongé la période de deux jours ! Le...

Fermer