Koh Phangan, entre formations et rencontres, conseils

Koh Phangan, entre formations et rencontres, conseils

Après avoir voyagé en 2017 dans plusieurs villes en Thaïlande et rencontré la médecine naturelle locale, j’avais très envie de découvrir Koh Phangan cette année ! J’étais déjà tombée sur cette île pendant mes recherches de stage lorsque j’étudiais la naturopathie et j’y avais trouvé plusieurs centres « détox » (finalement j’ai eu la chance de faire mes stages à Hawaï et à Bali). J’avais même passé un entretien à distance avec The Sanctuary Thailand, dont je parle un peu plus bas, le lieu – isolé – m’inspirant beaucoup. Un article de mon amie Farah, également naturopathe (My Happy Middle) m’avait confirmé qu’il y avait des choses intéressantes à découvrir.

L’île est bien connue pour ses « Full moon » – j’ai découvert aussi les « Half moon » et toutes les autres occasions de faire la fête nuit et jour – plutôt au sud-est de l’île. Il semblerait que l’ambiance soit bonne, mais ce n’est pas mon truc. Le genre de fête qui m’intéresse se passe de l’autre côté de l’île (à l’ouest), à Srithanu, où j’ai posé mes valises pour plusieurs semaines : cérémonies cacao, sound healing, kirtans/bhajans (chants de mantras), ecstatic dance… En plein milieu d’une communauté internationale bienveillante en quête de bien-être et en recherche spirituelle.

 

 

Mon séjour a débuté par un stage de permaculture (l’article ici)  de deux semaines à La Casa Shambala. Une expérience qui m’a fait beaucoup de bien pour « sortir un peu de ma tête » et de mes habitudes parisiennes. À titre personnel, j’avais aussi vécu des émotions fortes les mois précédents et je suis sur un chemin spirituel qui me semblait nécessiter une petite phase d’ancrage un peu plus intensive. J’ai aimé vivre en communauté pendant ces quinze jours, logée et nourrie sans rien d’autre à m’occuper que les cours et quelques consultations sur Skype prévues à l’avance (le wifi en Thaïlande est excellent, ami.e.s digital nomads >>> cliquez ici pour rêver un peu avec ce co-working les pieds dans le sable en plein coeur de Srithanu).

 

Un paradis pour les formations : yoga, tantra, méditation, reiki, …

La première chose qui m’a frappée à Srithanu, jusqu’à me donner le vertige, ce sont les possibilités de formations. Installez-vous tranquillement à un café (végan) et promenez votre regard sur les murs, ils sont remplis des affichettes des centres de formation alentours. Vous pourriez y rester des années pour vous former sans vous lasser*. Vous trouvez en priorité tous les types de yoga, des formations courtes et longues, d’ailleurs tout le monde semble faire du yoga là bas (je suis un ovni, je n’en fais pas – encore?).

Le centre le plus connu s’appelle AGAMA, il est installé là depuis très longtemps. On y dispense des enseignements de yoga et de tantra (parfois d’autres formations : méditations, féminin sacré…), sa réputation est sulfureuse. Pour avoir échangé avec ses détracteurs mais aussi avec des étudiants/anciens étudiants ravis je pense simplement qu’il faut garder son discernement quand on en pousse les portes. Lorsque l’on se retrouve en formation (particulièrement en tantra), loin de son environnement habituel, que l’on fait l’expérience de nouvelles sensations physiques, émotionnelles et spirituelles, beaucoup de choses peuvent se passer. Si vous vous sentez influençable ou que vous souhaitez vous protéger de certaines énergies, passez votre chemin (j’applique cette règle à moi-même, je ne m’impose rien si mon intuition me dit de ne pas y aller).

Samma Karuna est également un centre bien connu à Srithanu, on y trouve des cours de yoga, de méditation, de tantra, mais aussi d’autres choses plus variées. Plus « cool » qu’Agama, l’ambiance est jeune et relax avec vue sur mer et accès direct à la plage. Il est possible d’y faire du volontariat pour bénéficier des cours gratuits (ce qu’avait fait Farah, My Happy Middle).

Ce serait trop long de lister tous les possibles 😆 , heureusement il y a Facebook et ces 2 groupes bien-nommés : Koh Phangan Conscious Community et Koh Phangan Conscious Events sur lesquels vous retrouvez TOUT ce qui se passe dans ce coin de l’île. Les programmes évoluent au fil de l’année, puisque les thérapeutes vont et viennent. Il n’est pas rare qu’ils vivent entre leur pays d’origine > La Thaïlande > L’Inde (surtout le Kerala et Rishikesh) > Bali. C’est un petit monde.

(Vous serez prévenus) Quand vous rentrez ensuite après votre séjour, vous continuez à scroller le fil de ces deux groupes avec désespoir et commencez à chercher la même chose autour de chez vous… en vain. Mais on survit. Et puis on repart en voyage.

Je me suis formée au Reiki chez Arati healing center et j’en suis ravie, il est probable que j’y retourne pour les niveaux suivants.

Vous trouvez aussi des workshops de quelques heures ou d’une journée. Je vous recommande chaleureusement les sessions Rebirthing Breathwork avec Edward et Prema qui sont exceptionnels. J’ai vécu une expérience magnifique que je raconte ici sur instagram.

— Juste pour info il existe aussi un groupe Unconsicous community 😉 —

 

Les centres de soins : détox, jeûne, repos,… 

Si vous souhaitez prendre soin de vous et vivre une retraite détox (sans vous former), vous aurez aussi l’embarras du choix. Cette île est un paradis encore relativement calme et serein (il n’y a pas d’aéroport, elle est moins prise d’assaut que sa voisine Koh Samui).

Orion est le lieu que j’ai préféré (il y a aussi un super restaurant healthy avec vue sur plage privée), une amie rencontrée à la permaculture y a fait 1 mois de détox ensuite et elle en a été ravie. Les infrastructures sont chouettes, le personnel est disponible, les soins sont top. Si je retourne à Koh Phangan pour une détox je pense que ce sera là bas.

D’autres options ? Wonderland, Ananda, Samma Karuna… et bien d’autres. Jetez aussi un oeil sur les groupes Facebook.

 

The Santuary Thailand

Le lieu dont je rêvais.
Les points positifs : on se sent coupé du monde, pour y accéder il faut prendre un bateau (ou faire une randonnée compliquée et longue) / la cuisine crue absolument délicieuse / l’esprit du lieu qui a l’origine était dédié aux soins à 100% / la qualité de l’offre thérapeutique (allez-y un dimanche les thérapeutes se présentent tous c’est très sympa) / le lever du soleil exceptionnel (de l’autre côté de l’île on n’a que le coucher du soleil).

Les points négatifs : c’est plus un « resort » qu’un lieu de retraite détox, on fume et boit sur la plage le soir / la plage est en enfilade avec 2 autres plages accessibles à pieds qui sont pour l’une hippie-cool et l’autre festive / les prix sont élevés /le générateur est bruyant sur le site (pour avoir le confort ils ont dû s’adapter, le générateur ne s’entend que la nuit).

C’est superbe, c’est vrai, mais je préfère les centres qui font des choix plus authentiques et qui offrent la possibilité de lâcher prise dans un environnement loin des tentations et des excès. Je continuerai de les suivre pour leurs formations, je pense qu’ils proposent de beaux programmes avec les thérapeutes qu’ils sélectionnent et je n’exclus pas d’y retourner un jour pour me former.

 

 

J’ai aimé

Vivre à Koh Phangan selon les principes de la naturopathie : les fruits et légumes frais, vivre sans chaussures, me baigner dans les chutes d’eau, les balades dans la nature, trouver facilement du kombucha (même si je voyage avec le mien, vous savez que j’adore ça si vous me lisez souvent). L’énergie particulière de cette île qui vous fait vivre ce que vous avez à vivre.

Les soirées à la plage Zen Beach, calme et tranquille. La communauté locale arrive au coucher du soleil, joue de la musique, chante et danse. Il y a des artistes (fire dancers) et chaque soir est différent. Tout le monde se parle, on se connait vite.
Les événements sound healing qui vous transportent (à Orion mais voir programmations sur le groupe facebook)
Les kirtans (dans plusieurs lieux) et le bhajan du samedi soir à Agama (chants mantras)
Les ecstatic danse (dans plusieurs lieux), moi qui suis plutôt du genre « frozen » en public quand il faut danser j’adore ça, surtout en journée, moins le soir.
Essayer des nouvelles pratiques comme les cours de contact improvisation ou encore les soins thérapeutiques dans l’eau.
L’ambiance à Koh Phangan, les synchronicités :
j’en avais déjà conscience, si je lâche prise, les synchronicités se multiplient. Non pas que je n’en vive pas du tout en temps normal, mais beaucoup moins. Mon ordinateur est tombé en panne (attention à l’humidité, voyagez avec des sachets anti-humidité et préférez les lieux avec la clim si vous pouvez si vous êtes digital nomad), j’ai donc moins travaillé derrière mon écran pendant tout le mois de février. J’ai rencontré les bonnes personnes au bon moment, et c’est arrivé chaque jour pendant plusieurs jours.
Observer et participer à la vie un peu « hippie » : la sensation de trouver ma tribu, rencontrer beaucoup de nouveaux « nomades » et de chercheurs spirituels, l’amour libre, refaire le monde avec des gens qui y croient vraiment et qui avancent…

 


Quelques bonnes adresses :

Pour les massages : Papaya Massage / EYO
Pour les açai bowls : Pure Vegan
Pour toute la carte sauf les açai bowls : EAT.co
Pour le Massamam curry : JJ’s resort
Et aussi : Karma Kafé, Akasha,…
Pour manger local : Mama Pooh’s, Nok’s Kitchen
Pour l’ambiance sur la plage : L’Alcove (plutôt pour boire un verre ou manger omnivore, pas terrible pour les végétariens)

 

Trouver un logement à Koh Phangan

Si vous restez peu de temps et particulièrement en haute saison (décembre à mars), réservez à l’avance (Booking-Airbnb-Agoda…) si vous ne voulez pas passer vos vacances à chercher.

Si vous restez longtemps, préférez réserver une petite maison ou un bungalow longue durée, c’est (beaucoup) moins cher et vous serez chez vous ! Il y en a peu sur Airbnb car ils sont tous sur Facebook. Un conseil : tant que vous n’avez pas payé vous avez le risque que ça vous passe sous le nez, il est rare qu’on vous garde un logement. Vous pouvez aussi arriver sans logement (surtout en basse saison) et facilement trouver sur place, en particulier si vous conduisez un scooter et que vous pouvez vous éloigner légèrement des animations principales. Budget : pour 300 euros/mois vous avez une maisonnette super sympa.

 

Je recommande de voyager seul.e pour profiter du séjour au maximum.
On rencontre beaucoup plus de monde et on ose sortir de sa zone de confort quand on est seul.e … un peu moins quand on est accompagné.e. Profitez-bien !

 

À noter : la population thai reste un peu en retrait, on ne rencontre pas de Thaïlandais dans les retraites/formations (du tout), il est sympathique d’apprendre quelques mots usuels avant de partir. Et même si l’ouverture d’esprit  n’est pas un problème en Thaïlande sur beaucoup de sujets tabous (même chez nous), il convient de respecter certaines coutumes locales 😉

* Sans visa les Français sont bienvenus pour 30 jours / avec un visa (à faire à l’ambassade, attention sur rendez-vous) nous pouvons rester 60 jours. Ces deux options sont prolongeable d’un mois de plus en allant à Koh Samui (il n’y a pas de bureau à Koh Phangan)… Ensuite il faut sortir du pays et re-rentrer, c’est ce que font beaucoup de gens qui résident en Thailande pendant une bonne partie de l’année.


Commentaires

  1. Merci merci merci ???? Je vous trouve tellement courageuse de faire toutes ces expériences !! Un article précieux et quel beau voyage ✨
    valérie

  2. Merci pour la rédaction de cet article ????????
    Tous tes conseils sont ultra motivant
    Je m’envole pour la Thaïlande le 16 avril
    J’ai tellement hâte de visiter et de ressentir ce pays !!
    Je suis de près tes aventures sur Instagram
    Merci pour tes partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
permaculture
S’éveiller à la permaculture (expérience)

C'est à Koh Phangan, une île du sud de la Thaïlande bien connue pour ses soirées Full Moon que j'ai posé mes valises, plus précisément à La Casa Shambala pour un cours de 2 semaines intitulé PermaHope Shamanic Permaculture Design Course (SPDC) proposé par un enseignant australien, Marc Clough, dit...

Fermer